Citations des artistes

 

«La Femme africaine, du village aux routes pavées des villes d’Afrique, réalise finalement qu’elle a de grandes aspirations, de nombreuses possibilités et un désir ardent de réaliser son plein potentiel. Elle a besoin de notre soutien pour l’éducation, la santé, pour le renforcement des capacités économiques et politiques. Misez sur elle, et découvrez combien d’autres en Afrique en bénéficieront.»

Achien’g Abura (Kenya)

 

« C’est un privilège de faire partie de cet album « Nous sommes les tamtams ». Par leur soutien, les chanteurs africains populaires peuvent montrer comment combattre activement le SIDA, la faim, la pauvreté et l’illettrisme. L’éducation demeure le meilleur accès à la démocratie. »

Mahmoud Ahmed (Ethiopie)

 

« Pour moi, il est important de donner une image positive du continent partout où je vais. Je combats cette image de misère de l'Afrique : maladies, sida, guerres, etc. Je vis à Dakar, en Afrique, et je crois beaucoup que tous les pays africains doivent travailler ensemble pour donner une image positive d'eux-mêmes. Ce travail commence par un travail sur soi-même. Si toi, tu montres une image positive de toi et que chacun le fait, tout le continent aura une plus belle image. »

Didier Awadi. (Sénégal) 

 

« L’Afrique est vraiment fatiguée de ces famines et de ces guerres perpétuelles. A quand l’unité africaine contre la misère ? »

 BiG D. (Senegal)

 

«L’homme et l’humanité sont tellement fatigués des guerres et des conflits que nous avons besoin aujourd’hui plus que jamais d’amour, de paix, de tolérance et de fraternité.  A travers ce message qui sort de mon cœur, je veux dire que les peuples communiquent et s’entendent très bien entre eux. Nous appelons les dirigeants de ce monde à renforcer l’entente et non pas semer la destruction pour servir des intérêts personnels. Vous finirez comme tout le monde. Seul l’amour contient la lumière, tout le reste redevient poussière. »

Lotfi Bouchnak (Tunisie) 

 

“Nous devons changer notre façon de penser. Nous devons créer une existence orientée vers les gens. Un monde qui place les intérêts de l’humanité au-dessus de ceux des individus. Le défi consiste à trouver l’équilibre entre la réalisation personnelle et le bénéfice global. Je rêve du temps où nous y parviendrons, lorsque nous cesserons de penser « moi » pour penser « Nous ».

Chiwoniso (Zimbabwe)

 

« Je vois souvent des jeunes assis en train de prendre du thé affirmant qu’il n’y a rien à faire. Moi je pense que chacun doit se battre pour que demain, nos petits frères et nos enfants puissent avoir quelque chose. »                              Dhudn’J –CLEPTO GANG (Côte d’Ivoire/Burkina Faso)                                    

 

«On le sait tous, le sida est devenu la première cause de mortalité dans nos populations. Nos mères, nos femmes, nos sœurs, nos filles, porteuses de vie sont les plus touchées ces dernières années. Nul ne peut rester insensible à cette situation effroyable. »                                                                                     Fadal Dey (Côte d’Ivoire)                                                                                      

 

« Je lutte pour la paix. Je veux que l'Afrique soit un continent de paix, que les gens se retrouvent et travaillent ensemble.  Il faut lutter pour la paix et la démocratie. La fin de l'apartheid m'a donné beaucoup d'espoir, et cela me fait dire qu'un jour, le monde sera uni.»

Alpha Yaya Diallo (Guinée/Canada)            

 

 

«  ALIF est là pour défendre les intérêts de la femme. Nous vivons dans une société où les femmes sont toujours derrière. La femme africaine est appelée à gérer les travaux ménagers, à s’occuper de sa maison, à s’occuper de son mari et c’est tout. Nous voulons dire à ces femmes de venir au devant de la scène, d’avoir du travail, de véhiculer leurs idées. »

Marième Diallo - ALIF (Sénégal)

 

« L’Africain écoute la musique avec les pieds donc il faut qu’il puisse danser afin que le message passe d’abord par les pieds puis qu’il monte, pas le contraire ».-Manu Dibango (Cameroun). 

 

"Lutter contre la pauvreté et les maladies, se battre pour l'éducation et une vie meilleure, c'est penser aux hommes, aux femmes et aux enfants qui vivent sur cette terre. Respectons-nous, respectons le monde, respectons la terre sur laquelle nous grandissons et l'air que nous respirons. Alors oui, ensemble, nous nous battrons pour le développement."

Amatek & Bobby – DJANTA KAN (Togo) 

 

« (Ma) philosophie est basée sur le respect, l'amour, l'entraide et la tolérance. Dans mes textes, je parle de mes histoires d'amour et celles de mes voisins. J'ai fait des chansons sur la protection de l'environnement, sur le SIDA. »                                

Jaojoby Eusèbe (Madagascar)    

 

«Le message de la chanson Força di Cretcheu, écrite par le poète capverdien Eugénio Tavares, est le mien. Il dit « Il n’y a rien de plus grand que l’amour. Si Dieu est incommensurable, l’amour l’est davantage ». Au-delà de nos croyances, nous qui sommes des êtres de chair, devons nous protéger pour que cet amour vive, et pour que nous construisions nos vies vers un meilleur futur. »       Cesaria Evora (Cape Verde)

 

« Il n’a pas de quoi se vanter. A provoquer les conquêtes, c’est le faire sans capotes que le con quête. »

David le Combattant & Malk’Hom - FASO KOMBAT (Burkina Faso)

 

« Moi Coumba Gawlo, je demande à tous les malades du SIDA de recevoir mes vœux compatissants à l’épreuve qu’ils vivent, quelles que soient leur race, origine ou religion, qu’ils soient hommes ou femmes, jeunes ou vieux. Puissent-ils trouver à travers ces quelques lignes la force de survivre à ces épreuves. Persuadée que le remède n’est pas loin d’arriver, je leur dis surtout que l’espoir de vaincre la maladie est toujours là. »

Coumba Gawlo Seck (Sénégal)

 

« Il est grand temps que l'Afrique se réveille de ce long sommeil. Tous ces enfants à qui on offre des armes; et qui ne sauront jamais ce que veut dire sourire. Tout ces gens qui meurent de faim et de maladies, alors que nos pays regorgent des richesses immenses. Il est grand temps de se réveiller. »

Lokua Kanza (Rwanda / République Démocratique du Congo)

 

"C'est en souvenir de Mamadou Konte, qui a tant lutté pour des causes humanitaires liées à l'Afrique, que je demande à tous les jeunes africains de se protéger du Sida, afin que nous parvenions enfin à surmonter cette tragédie"

Salif Keita (Mali)

 

«Certains pensent que quand on est jeune il faut faire  n'importe quoi et pourtant en faisant cela nous creusons nous-mêmes nos tombes. Profitons du peu de vie sur terre qu'on a intelligemment en étant responsable de nos actes et en respectant le sexe de la femme parce qu'il est sacré. Protégeons-nous et soyons prudents. »

Kent (Tchad)

 

La vie est un don, on doit en prendre soin. Pour l’instant on ne connaît pas d’autre moyen de lutter contre le sida, donc mettez un préservatif. Rendez-vous responsable de la vie de votre partenaire et de la votre car la vie c’est notre devoir de la préserver. Ce n’est pas aux autres de penser à notre vie pour nous. »

Angélique Kidjo (Bénin)

 

«  Cette maladie que l’on appelle Sida ne sera jamais une tradition chez nous. Africains, levons  nous, le combat a commencé. »

Habib Koité. (Mali)

 

"Je suis et reste fidèle. Je demande aux autres de faire comme moi sinon de grâce protégez-vous en utilisant les préservatifs"

Ismaël Lô (Sénégal)

 

 «L’atteinte des objectifs du millénaire doit être  une bataille que tout le monde doit gagner et pour moi la priorité c'est d'abord de gagner la bataille de l'éducation. »

Baaba Maal (Sénégal)

 

«Je souhaite que toutes les personnes actives se mobilisent pour atteindre les objectifs de 2015. Le temps est vraiment court, l'action doit primer. »

Malouma (Mauritanie)

 

« La lutte de la femme pour ses droits est d’actualité partout dans le monde. Les problèmes sont plus flagrants dans certaines parties de la planète. »

Cheb Mami (Algérie)

 

« Je pense qu’aujourd’hui le SIDA continue à gagner du terrain. C’est ensemble et unis que l’on pourra arriver à l’arrêter. On ne peut pas lutter contre le SIDA chacun de son côté. Le seul moyen d’arrêter l’évolution de la maladie, c’est de prévenir, parce que jusque là, on nous dit qu’on n’arrive pas à guérir de cette maladie. Donc, mieux vaut prévenir que guérir, et la meilleure façon d’éviter la maladie aujourd’hui, c’est le port systématique du préservatif quand on a des rapports »

Meiway (Côte d’Ivoire)

 

" De nos jours, il est impératif de consommer la banane avec la peau."

Lord Ekomy Ndong & Maata Seigneur Lion - MOVAIZALHEINE (Gabon/Cameroun)

 

« En invitant des artistes aussi engagés que moi dans le combat perpétuel que nous menons pour l’éradication des fléaux qui menacent le bien-être de l’humanité, j’ai voulu que le message ROLL BACK MALARIA soit très bien entendu : le paludisme tue. Les enfants et les femmes en sont les principales victimes »

Youssou N’Dour (Sénégal)

 

«C'est l'Amour ! Que l'Afrique apprenne à s'aimer... S'aimer au point d'arrêter de se détruire et de s'entretuer en restant irresponsable face au Sida. Restons fidèle l'un à l'autre et abstenons-nous de la débauche et l'infidélité. »

Koffi Olomidé (République Démocratique du Congo)

 

« Afin de pouvoir freiner et voir éliminer le VIH à long terme, chaque décideur institutionnel, politique, organisationnel, éducatif et familial devrait relayer et contribuer à faire appliquer les messages de nos oeuvres, « Nous sommes les Tam-tams de l’Afrique », parmi lesquels : « Un p’tit Geste, sauve le reste… »

Saintrick (Congo)

 

« La femme, je l’aime quand elle se bat. Elle paraît alors vraiment exceptionnelle quand elle n’est plus soumise ».

Smockey (Burkina Faso)

 

« Quand on veut, comme on veut, mais à chaque fois : une capote.»

Sultan - OTENTIK. (Tchad)

 

 Laissez-nous rêver, imaginer un monde meilleur que celui que vous nous avez laissé.»

Smarty et Mawndoé - YELEEN (Burkina Faso)

 

 

 

Plan du site - Contacts
© Copyright 2007  Programme des Nations Unies pour le développement en Algérie. Tous droits réservés.
Dernière mise à jour : Septembre 2007.
 
Contactez le
Webmaster